Se dessiner, s’interpréter

toonme

Je poste ici l’illustration que j’ai faite dans le cadre du #ToonmeChallenge, une idée sympa ou des illustrateurs, à partir d’une photo, se dessinent et s’interprètent avec leur propre style.

C’est l’occasion de travailler et d’éclaircir la vision que j’ai de moi en tant qu’illustratrice et de comprendre ce qui fait mon style et comment j’interprète mes diverses sources d’inspiration…

Ce qui me donne envie de partager ce magnifique passage du Temps retrouvé de Proust

« La grandeur de l’art véritable, au contraire, de celui que M. de Norpois eût appelé un jeu de dilettante, c’était de retrouver, de ressaisir, de nous faire connaître cette réalité loin de laquelle nous vivons, de laquelle nous nous écartons de plus en plus au fur et à mesure que prend plus d’épaisseur et d’imperméabilité la connaissance conventionnelle que nous lui substituons, cette réalité que nous risquerions fort de mourir sans avoir connue, et qui est tout simplement notre vie. La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c’est la littérature ; cette vie qui, en un sens, habite à chaque instant chez tous les hommes aussi bien que chez l’artiste. Mais ils ne la voient pas, parce qu’ils ne cherchent pas à l’éclaircir. Et ainsi leur passé est encombré d’innombrables clichés qui restent inutiles parce que l’intelligence ne les a pas “ développés ”. Notre vie, et aussi la vie des autres ; car le style pour l’écrivain, aussi bien que la couleur pour le peintre, est une question non de technique mais de vision. Il est la révélation, qui serait impossible par des moyens directs et conscients, de la différence qualitative qu’il y a dans la façon dont nous apparaît le monde, différence qui, s’il n’y avait pas l’art, resterait le secret éternel de chacun. Par l’art seulement nous pouvons sortir de nous, savoir ce que voit un autre de cet univers qui n’est pas le même que le nôtre, et dont les paysages nous seraient restés aussi inconnus que ceux qu’il peut y avoir dans la lune. Grâce à l’art, au lieu de voir un seul monde, le nôtre, nous le voyons se multiplier, et, autant qu’il y a d’artistes originaux, autant nous avons de mondes à notre disposition, plus différents les uns des autres que ceux qui roulent dans l’infini et, bien des siècles après qu’est éteint le foyer dont il émanait, qu’il s’appelât Rembrandt ou Ver Meer, nous envoient encore leur rayon spécial. »

Quelques linogravures

IMG_20191203_135220_933IMG_20200115_185428_157IMG_20191229_131459_573IMG_20191227_125620_549IMG_20191204_150147_838IMG_20191116_165650_543IMG_20191202_142609_728

Passion linogravure. Quand on commence, difficile de s’arrêter ! On a envie de tout tester… J’ai découvert cette technique un peu toute seule, en recevant des gouges et une plaque de linoleum en cadeau. Un peu compliqué dans un 1er temps de « voir à l’envers » (tout ce qui est creusé sera blanc) mais on s’y fait vite !

Je pense que je vous ferais un tuto dans un 2ème temps pour vous expliquer ce process 😉

Quelques sérigraphies

IMG_20190623_120922_976IMG_20190730_181426_677

J’ai eu la chance de faire un stage d’une journée pour apprendre la Sérigraphie écologique. C’est une technique d’impression sympa qui nécessite quelques muscles pour maroufler encore et encore afin de déposer une couche d’encre à travers les mailles d’un écran (fils de soie très fins) sur un pochoir (découpé sur du papier autocollant – type pour recouvrir les livres).

Quelques pochoirs

IMG_20191205_174823_181

IMG_20191126_140350_699

J’ai découvert la technique du pochoir il n’y a pas si longtemps et c’est fou ce que l’on peut faire avec ! J’ai particulièrement aimé jouer sur les couleurs (rouge & rose) et les décalages pour créer cet effet 3D.

C’est une technique qui n’est pas si compliquée que cela, il faut juste avoir un bon scalpel, une idée sympa et un peu de minutie quand même 😉